Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a reçu, ce vendredi 17 mai 2013, les acteurs professionnels et institutionnels de l'agriculture auboise. Cette réunion a permis de faire le point sur les crues qui ont frappé l'Aube, mais aussi l'Yonne, la Côte-d'Or, la Marne, la Haute-Marne et la Seine-et-Marne.

Dans les cinq départements, environ 70.000 hectares seraient endommagés. « Dans l'Aube, de 10.000 à 20.000 ha ont été inondés, auxquels s'ajoutent environ 10.000 ha dans l'Yonne, 20.000 ha en Côte-d'Or, 5.000 ha dans la Marne, 5.000 ha dans la Haute-Marne et 5.000 ha dans la Seine-et-Marne », a détaillé Joël Hospital, président de la FDSEA de l'Aube, à la sortie de l'entretien avec le ministre.

Joël Hospital s'est montré très pessimiste sur la capacité de récupération des cultures et sur les solutions de rattrapage : « Les sols sont gorgés d'eau, et il a encore plu 21 mm ces trois derniers jours dans l'Aube. Les agriculteurs ne pourront pas entrer dans les champs avant trois ou quatre semaines. La seule possibilité de ressemis reste le maïs, mais elle est très compromise. »

« Nous demandons une aide exceptionnelle de 20 millions d'euros, soit environ 280 euros par hectare endommagé, pour compenser les charges de culture et permettre aux éleveurs d'acheter du fourrage, a-t-il poursuivi. Nous demandons aussi à pouvoir utiliser les jachères. » Cette dernière mesure spécifique a reçu un accueil favorable du ministre.

Stéphane Le Foll a déclaré qu'un plan d'aides aux sinistrés sera détaillé la semaine prochaine. « Il comprendra des mesures habituelles (par exemple : des possibilités de report des cotisations sociales), mais aussi des mesures spécifiques comme l'utilisation des jachères », a-t-il indiqué.

Dans un communiqué, le ministère de l'Agriculture a précisé qu'une « demande de classement en catastrophe naturelle est actuellement examinée et doit faire l'objet d'une décision d'ici au 27 mai. Les dossiers d'indemnisation pourront dès lors être constitués auprès des assureurs ».

Aurore Coeuru