Les pulvérisateurs portés ont longtemps vécu dans l'ombre des modèles traînés et automoteurs. Leur image d'outil d'entrée de gamme sans technologie leur colle à la cuve.

Pourtant, aux côtés des modèles basiques de 400 ou 600 litres destinés aux éleveurs, des engins plus sophistiqués avec des rampes pouvant atteindre 28 mètres font leur apparition. Et en matière de technologie, ils n'ont rien à envier aux traînés et automoteurs.

Ainsi chez Berthoud, le porté Elyte peut désormais recevoir la même électronique embarquée ecTronic que les traînés Tenor et Tracker. Cette évolution inclut également la coupure de tronçons par GPS et la modulation de dose.

Les pulvérisateurs portés ne se contentent pas de rivaliser avec les automoteurs, ils s'attaquent aussi aux automoteurs grâce à la généralisation de cuves frontales. Présentes chez la majorité des constructeurs, elles permettent de porter la capacité de cuve totale à 3.000 litres avec 2.000 litres à l'arrière et 1.000 litres à l'avant.

Le tracteur ainsi équipé fonctionne comme un véritable automoteur de pulvérisation tout en conservant sa polyvalence et pour un investissement plus faible. Certains constructeurs proposent des cuves frontales couplées à la cuve arrière sur le principe du transfert de bouillie.

D'autres, à l'image de Kuhn et Amazone, utilisent une cuve frontale autonome qui permet d'embarquer une bouillie différente à l'avant et à l'arrière et donc d'éviter de repasser par la ferme pour effectuer deux traitements différents.

Visionnez les vidéosde matériels filmés par les journalistes de La France Agricole à Innov-Agri Grand Sud-Ouest.

Corinne Le Gall