Dans sa dernière enquête de juillet 2017, la banque néerlandaise Rabobank fait état d’une trop tardive reprise des prix en 2016 pour être répercutée sur le montant des ventes de produits laitiers par les vingt plus grands industriels mondiaux. La remontée des cours est pourtant bien là, mais la crise a freiné les volumes livrés par les producteurs.

Coopératives et privés

Dans un tel contexte, les coopératives ont souvent préféré renforcer leurs activités laitières en se séparant de leurs activités « non-laitières ». C’est le cas de la coopérative néerlandaise FrieslandCampina, qui cherche à céder Riedel, sa filiale spécialisée dans les jus de fruits.

À l’inverse, les entreprises privées ont joué la carte de la diversification. Danone a par exemple acquis WhiteWave Foods (spécialisée dans le lait biologique et végétal), Uncle Matt’s Organic (spécialisée dans les jus de fruits biologiques) ou encore pris une participation dans la start-up Good Karma, spécialisée dans les préparations « dairy free », à base de lait végétal.

Selon la Rabobank, « ces stratégies reflètent le besoin pour les coopératives de mettre l’accent sur l’augmentation des marges réalisées sur les produits laitiers, et pour les entreprises privées, d’aller chercher des marges sur des secteurs moins saturés ».

Par ailleurs, la banque néerlandaise pointe les enjeux du Brexit, avec le souci pour les industriels « d’atténuer les risques, au regard de potentielles modifications d’accords commerciaux ».

Toujours quatre Français dans le top 20

Pas de nouveaux entrants dans la liste des vingt plus grands transformateurs laitiers du monde. Si le trio de tête est le même, l’ordre change. Le suisse Nestlé reste en première place avec 21,7 milliards d’euros (M€) de ventes de produits laitiers.

Les français Lactalis et Danone échangent leurs places par rapport à 2015. Danone passe second de ce classement (16,6 M€), alors que Lactalis fait un pas en arrière pour rejoindre la troisième place (16,3 M€).

« Lactalis devrait remonter dans ce classement l’an prochain, avec l’acquisition de Stonyfield à Danone aux USA et de la coopérative allemande Omira », indique la Rabobank. Parmi les autres français, Sodiaal pointe à la 16e place (4,8 M€) et Savencia à la 18e place (4,9 M€).

V. Gu.