La centaine de salariés de l'usine Candia à Saint-Yorre (Allier) bloquaient jeudi depuis 4 heures l'accès à l'usine et comptaient poursuivre de façon illimitée pour obtenir des indemnités de licenciement plus élevées, a-t-on appris de source syndicale et auprès de la direction.

« Nous empêchons tout le monde de rentrer ou de sortir. Le mouvement sera illimité tant que nous n'aurons pas eu satisfaction », a indiqué Thierry Rebillard, délégué syndical de la CFDT.

Le groupe coopératif Sodiaal compte fermer trois de ses sites de conditionnement de lait Candia, dont celui de Saint-Yorre, supprimant un total de 313 emplois. Les autres sites touchés sont ceux de Villefranche-sur-Saône (Rhône) et du Lude (Sarthe).

Dans l'état actuel des choses, une personne licenciée de 55 ans partirait après 35 ans dans l'usine avec une indemnité limitée à 8.000 euros, ce qui est nettement insuffisant, a estimé M. Rebillard.

La direction a pour sa part souligné qu'il n'y avait eu pour le moment qu'une seule réunion sur le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), sur les six de prévues. « Le but est de continuer la négociation. On est là pour négocier », a expliqué un porte-parole, insistant sur le fait que la priorité du groupe était de « retrouver un job » pour les salariés licenciés.

Candia produit environ 1,5 milliard de litres de lait par an, 500 millions sous marque Candia et 1 milliard sous marque de distributeur. Ses ventes s'élèvent à quelque 1,2 milliard d'euros par an.

Sodiaal emploie près de 7.000 salariés en France et travaille avec plus de 12.000 producteurs de lait.