Le groupe laitier français Lactalis étudie le rachat de l'activité laitière du premier groupe agroalimentaire espagnol, Ebro Puelva. Néanmoins, l'italien Parmalat s'intéresse également à cette affaire, selon les informations du journal économique italien Il Sole 24 Ore, parues vendredi.

Parmalat « serait en train d'étudier une offre » et « selon des sources espagnoles, les Italiens auraient déjà visité au cours des dernières semaines les usines d'Ebro Puleva. Ceci pour dire qu'une décision pourrait être imminente », indique le quotidien. Parmalat s'est refusé à tout commentaire.

Le journal espagnol El Mundo assurait pourtant jeudi que Parmalat avait été un temps intéressé, mais qu'il avait renoncé, laissant le français Lactalis, seul en lice.

Ebro Puleva a indiqué jeudi dans un communiqué qu'il avait « décidé d'examiner l'intérêt des diverses offres existantes ». « Il est vrai que ces derniers temps (...) plusieurs entreprises ont montré leur intérêt pour l'activité laitière d'Ebro Puleva », a précisé le groupe, ajoutant qu'aucune décision de vendre n'avait été prise pour l'instant.

Ebro Puleva est le premier groupe agroalimentaire espagnol, très présent dans le secteur des pâtes et du riz (il possède notamment les marques Panzani, Lustucru ou Taureau ailé). Il a déjà réduit son champ d'activité agroalimentaire en 2008 en vendant son activité sucrière à la fin de 2008 au britannique ABF.

Depuis sa faillite de 2003, l'une des débâcles financières les plus retentissantes d'Europe, laissant un trou de 14 milliards d'euros, Parmalat n'a réalisé qu'une seule acquisition, en reprenant l'an dernier des activités laitières du groupe australien National Foods.

L'Espagne représente le quatrième marché pour le groupe Lactalis, où il exploite déjà sept usines, selon le quotidien Les Echos, dans son édition de vendredi. L'activité laitière d'Ebro Puelva a représenté un chiffre d'affaires de 440 millions d'euros en 2009, avec une baisse de 13 %, précise-t-il.