Les produits agricoles européens sous indications géographiques (les IGP ou les AOP, NDLR) distribués dans le monde entier ont une valeur de 54,3 milliards d'euros, selon une étude publiée le 4 mars 2013 par la Commission européenne.

Ces produits sous IG sont dans leur grande majorité (60 %) vendus dans leur pays d'origine, 20 % sont vendus dans d'autres pays de l'UE, et les 20 % restants sont exportés vers les pays tiers.

Nos produits sous IG vendus à l'étranger représentent 15 % de la totalité de nos exportations alimentaires, boissons comprises.

Vers les pays tiers, les produites sous IG ont représenté environ 11,5 milliards d'euros, principalement vers les États-Unis (30 %), la Suisse et Singapour (7 % chacun), le Canada, la Chine, le Japon et Hong-Kong (6 % chacun), indique la Commission européenne dans un communiqué.

« Cela montre leur importance pour l'économie de l'UE et la pertinence de nos efforts afin de [les] promouvoir, a réagi Dacian Cioloş, commissaire chargé de l'Agriculture. Les IG sont essentielles pour générer localement de la valeur ajoutée et [pour créer] des emplois. Ils rendent viable l'agriculture dans les zones rurales et le nouveau règlement sur les signes de qualité [...] renforcera encore cet aspect », a estimé le commissaire.

Au cours de la période 2005-2010, les vins ont représenté 56 % de toutes les ventes de produits alimentaires et agricoles bénéficiant d'une dénomination protégée européenne (30,4 milliards d'euros). Les produits agricoles et les denrées alimentaires ont représentés eux 29 % des ventes de produits sous IG (15,8 milliards d'euros), les boissons spiritueuses 15 % (8,1 milliards d'euros) et les vins aromatisés 0,1 % (31,3 millions d'euros), précise la Commission.

Selon le rapport de la Commission, les produits sous IG sont valorisés en moyenne à un prix plus de deux fois supérieur à celui du produit équivalent ne bénéficiant pas de l'indication géographique européenne.

A télécharger :