La Confédération paysanne demande, lundi dans un communiqué, un « assouplissement de la conditionnalité des aides européennes » ovines, en matière d'identification notamment. Elle réclame par ailleurs un relèvement d'au moins 1 €/kg de carcasse du prix à la production.

Le syndicat détaille ainsi sa demande concernant « un assouplissement de la conditionnalité des aides européennes et notamment concernant la gestion de la traçabilité » en réclamant :

- « l'engagement de l'Etat à assurer la prise en charge du surcoût de l'identification électronique après 2013 (jusqu'en 2013 : 0,80 € par boucle payé via un cofinancement Europe-Etat puis, après 2013 : 1,20 € par boucle pour l'éleveur !).

- la possibilité de bouclage électronique du cheptel reproducteur au fil des générations pour éviter le rebouclage/débouclage fastidieux supposé par la double identification (standard/électronique). »

Par ailleurs, la Confédération paysanne réclame une « augmentation rapide du prix des animaux payé aux producteurs qui devrait représenter, au minimum, 1 €/kg de carcasse correspondant à la restitution de la marge rackettée par les intermédiaires : industriels et transformateurs ». Le syndicat souhaite que l'Observatoire des prix et des marges « s'intéresse aussi à la filière viande ovine ».

La Confédération paysanne estime que « la reconquête ovine lancée en 2009, avec la recherche de toujours plus de technicité pour de meilleures performances, le développement de la contractualisation... témoigne d'une fuite en avant et s'avère inefficace pour relancer la production ovine sur nos territoires ».

B.Co.