« Bonne nouvelle pour les agriculteurs canadiens : les exportations de porc et de bœuf vers la Chine reprendront », a tweeté Justin Trudeau. Il a remercié le nouvel ambassadeur canadien Dominic Barton et l’industrie canadienne de la viande « d’avoir contribué à rouvrir ce marché clé pour nos producteurs de viande et leurs familles ».

À la fin de juin, la Chine avait demandé au Canada de suspendre immédiatement les exportations de viande canadienne à destination de son territoire à la suite de la découverte de faux certificats d’exportation. Cette suspension faisait suite à celle des importations de porc d’une entreprise canadienne, les autorités chinoises ayant invoqué la découverte de ractopamine, un produit dopant interdit en Chine, dans une cargaison en provenance du Canada.

Pékin avait déjà bloqué les importations des deux principaux producteurs canadiens de colza, arguant y avoir trouvé des « nuisibles ».

L’affaire Huawei impacte les exportations agricoles

Les relations entre Ottawa et Pékin traversent une crise sans précédent depuis l’arrestation le 1er décembre à Vancouver d’une dirigeante du géant chinois des télécoms Huawei, Meng Wanzhou, accusée par les États-Unis d’avoir contourné les sanctions américaines visant l’Iran.

Depuis son arrestation, les autorités chinoises ont arrêté deux Canadiens qu’elles soupçonnent d’espionnage, et en ont condamné à mort deux autres pour trafic de drogue. Pékin assure que ces mesures sont sans lien avec l’affaire Huawei.

Un marché important pour le Canada

La Chine, troisième marché d’exportation pour le porc canadien, en a acheté près de 220 000 tonnes en 2019, soit l’équivalent de plus de 491 millions de dollars canadiens (337 millions d’euros), selon les chiffres du gouvernement canadien relevés en août.

Elle est aussi le cinquième marché d’exportation de bœuf et de veau canadiens avec près de 11 500 tonnes importées en 2019, soit plus de 98 millions de dollars.

« Nous aimerions exprimer notre reconnaissance au gouvernement canadien pour tous les efforts qu’il a déployés à Ottawa et à Pékin afin de trouver une solution à ce problème », a déclaré Chris White, président du Conseil des viandes du Canada, l’association représentant les industriels du secteur. « Nos relations commerciales de longue date avec la Chine sont très importantes pour les deux parties, et cela représente une étape importante pour les deux pays », a-t-il souligné.

AFP
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Offre insuffisante en vaches laitières

Le recul de l’offre s’accentue de semaine en semaine au point que certains abattoirs peinent à faire fonctionner leurs lignes de production en continu. Cela a un impact sur les prix des laitières : les acheteurs sillonnent les campagnes et les éleveurs se retrouvent en position de force pour négocier.