Le ministre chinois de l’Agriculture a autorisé un programme de vaccination contre le virus H7, qui devrait débuter dans les provinces du Guangdong et du Guangxi (sud de la Chine), où circulent simultanément les formes hautement et faiblement pathogènes, informe l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Un vaccin inactivé bivalent (H5 et H7) devrait être utilisé.

Les élevages des autres provinces peuvent également effectuer une vaccination contre le H7 après approbation par les autorités vétérinaires locales, et les vétérinaires provinciaux sont autorisés à effectuer une vaccination d’urgence pour faciliter le contrôle de l’épidémie.

1 533 cas humains

C’est d’autant plus urgent, qu’il se transmet à l’homme – contrairement au H5N8 qui sévit actuellement en France. Depuis octobre 2016, le nombre total de cas humains de H7N9 confirmés en Chine s’élève désormais à 1 533, selon le Centre de protection de la santé de Hong Kong.

La Corée du Sud a pour sa part notifié 16 nouveaux foyers de H5N8 sur la première semaine de juin auprès de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Quant à Taïwan, il a signalé un foyer d’un virus aviaire non encore spécifié dans un élevage de dindes. Ce qui porte le nombre total de foyers à 74, et le nombre de volailles abattues à 930 000.

E.C.