Sa présence n’était sans doute pas un hasard. Elisabeth Borne avait participé au banquet organisé le premier mai à l’Élysée aux côtés d’Emmanuel Macron. Face à plus de 400 représentants de la filière agroalimentaire et horticole, le président de la République avait rendu hommage « aux producteurs français ». Deux semaines plus tard, la voilà nommée Première ministre.

À lire aussi : Qu’est-ce que la planification écologique promise par Emmanuel Macron ? (03/05/2022)

« Un modèle agricole à bout de souffle »

La nouvelle résidente de l’Hôtel de Matignon aura notamment la responsabilité de la planification écologique confiée par Emmanuel Macron. Un sujet qu’elle connaît bien ayant été ministre de la Transition écologique pendant près d’un an de juillet 2019 à juillet 2020. C’est notamment à la tête de ce ministère qu’elle avait déclaré que « le modèle agricole français est à bout de souffle ».

À lire aussi : Les 150 propositions et beaucoup d’incertitudes de la convention citoyenne sur le climat (22/06/2020)

Cette mission de planification est « un changement de cap majeur » pour l’agriculture a estimé la FNSEA dans un communiqué du 16 mai. Le syndicat réaffirme deux de ses priorités : « la nécessité d’œuvrer rapidement pour la souveraineté alimentaire française et européenne » et « donner à l’agriculture toute sa place dans les arbitrages de la planification écologique ».

Le syndicat majoritaire souhaite notamment voir nommé un « ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire de plein exercice ». Maintenant qu’Emmanuel Macron a choisi sa cheffe du Gouvernement, la composition de ce dernier devrait bientôt suivre.

La Confédération paysanne attend de son côté « des signaux forts pour que l’expression pluraliste du syndicalisme agricole trouve enfin sa place à Matignon et dans les politiques publiques mises en œuvre » selon un communiqué du 17 mai.

« Nous appelons la Première ministre à se saisir de la question du revenu paysan, toujours en souffrance, et à la précarité alimentaire, qui ne pourra être résolue par un seul chèque alimentaire » promis par Emmanuel Macron estime le syndicat.

Un parcours marqué à gauche

Âgée de 61 ans, son parcours politique s’est déroulé à gauche contrairement à ses deux prédécesseurs Jean Castex et Édouard Philippe qui ont fait leurs classes à droite. Elle a notamment été conseillère au ministère de l’Éducation nationale auprès de Jack Lang puis Lionel Jospin dans les années quatre-vingt-dix et aussi directrice du cabinet de Ségolène Royal au ministère de l’Écologie en 2014.

Jamais élue, Elisabeth Borne est pour la première fois candidate aux élections législatives dans la sixième circonscription du Calvados entre la plaine du sud-ouest de Caen et le bocage virois. Le premier tour aura lieu le 12 juin 2022.

Alexis Marcotte