Le gouvernement « ne minimise en rien » les pertes de revenus des agriculteurs exclus après la refonte de la carte des « zones défavorisées » selon son porte-parole, Benjamin Griveaux. S’attardant sur le sujet le 15 février 2018 à Toulouse, il a également concédé qu’elles représenteraient « une perte importante de revenus ».

« Un accompagnement renforcé »

Pour pallier cela, il a assuré « qu’il y aura un accompagnement pour ceux qui sortent ». Ils bénéficieraient d’un soutien financier pendant deux ans.

Cette aide s’établirait à « 80 %, pour la première année, du montant qui a été touché l’année d’avant » et tomberait à 20 % l’année suivante. Après ? Il faudra sans doute « un accompagnement renforcé », a précisé Benjamin Griveaux sans donner davantage de détails…

Alexis Marcotte, avec l’AFP