« Je veux remettre du lien entre les agriculteurs et les consommateurs. Ça fait quelques années que je me suis rendu compte que les citadins, et les consommateurs en général, en savaient de moins en moins sur la façon dont étaient fabriqués leurs aliments, mais, dans le même temps, se montraient de plus en plus critiques et exigeants à l’égard des agriculteurs », constate le journaliste Pierre Girard.

« Ces agriculteurs qui trouvent des solutions »

Présentateur de Xenius, le magazine de la connaissance diffusé sur Arte, le Strasbourgeois a décidé de lancer sa série #TousTerriens sur YouTube, avec ce parti pris rare sur les médias nationaux à destination du grand public, de filmer des agriculteurs « inspirants », explique-t-il : « Ce sont ceux, qui avant tout le monde, ont cherché des solutions et continuent à en chercher. Je vais voir les grands, les petits, les bios, les pas bios… »

« En réalité, je vais à la rencontre des agriculteurs situés aux frontières de toutes ces catégories, qui partent à la recherche de solutions propres, plutôt que de répondre à un cahier des charges. Les médias les montrent peu. Et je fais là aussi mon autocritique… Mais les agriculteurs proposent aussi des solutions, ils sont les premiers préoccupés par la préservation des terres nourricières, le bien-être animal, le goût et la santé, et ça ne peut que rassurer les consommateurs. »

À lire aussi : Communiquer face aux agressions (24/06/2020)

Un dialogue s’installe

À chacune de ses étapes, Pierre Girard rend compte de « la richesse des pratiques et de l’importance du métier pour nourrir la population et, plus largement, faire du bien à l’environnement, aux animaux et aux humains », ajoute-t-il.

Dans sa dernière vidéo, en ligne depuis le 9 juin, le journaliste part à la rencontre de Maryse Cachenaut, agricultrice à Itxassou (Pyrénées-Atlantiques), qui perpétue un modèle d’agroforesterie associant brebis et cerisiers. L’éleveuse évoque aussi les problèmes fonciers de la région.

Les vidéos sont suivies autant par les agriculteurs que les consommateurs, note Pierre Girard. « C’est l’avantage de YouTube, un dialogue s’installe. » Il prévoit de diffuser une vidéo par mois, après les huit de la première saison, déjà à disposition.

> À lire aussi : Édouard Bergeon crée « le Netflix agricole » (30/04/2020)

Rosanne Aries