C’est à la demande de la présidence française du Conseil de l’Union européenne que le Comité économique et social européen (Cese) s’est penché sur la durabilité du système alimentaire européen. Le Cese, qui représente la voix de la société civile, donne un avis consultatif aux institutions de l’Union européenne.

Un avis, publié le 12 mai 2022, compile les préconisations du Cese pour préserver la compétitivité des producteurs européens, tout en garantissant la sécurité alimentaire. Outre la juste rémunération des agriculteurs, ou encore le respect des droits sociaux des travailleurs, le Cese pointe plusieurs pistes d’amélioration.

Une harmonisation des normes

Le Cese suggère d’intégrer les stratégies « De la ferme à la fourchette » et « Biodiversité » dans tous les accords commerciaux de l’Union européenne, et de considérer celles-ci comme des normes mondiales de durabilité.

Il considère que l’Union européenne doit veiller à ne pas externaliser les risques environnementaux et sociaux, comme l’aggravation de la déforestation dans d’autres pays. Il propose de créer une agence chargée de certifier, selon les normes de l’Europe, les produits importés sur le sol européen.

Réduire la dépendance aux intrants

Le Cese rappelle la forte volatilité des prix des intrants agricoles, qui a pu entraver les investissements ou nourrir l’insécurité des revenus agricoles. Il souligne l’importance d’investir dans la recherche afin de trouver des méthodes alternatives à l’utilisation d’intrants de synthèse.

Ces alternatives devront être disponibles à moindre coût afin que l’objectif de réduction de l’utilisation des intrants puisse être atteint.

Améliorer l’autonomie protéique européenne

La production de viande et de lait en Europe repose en grande partie sur l’importation de protéines. Pour éviter la déforestation importée et la dépendance aux cours mondiaux, le Cese insiste sur le développement de la culture de protéines végétales sur le territoire européen.

Cette stratégie doit également s’accompagner, selon le Cese, d’une diversification des sources protéiques dans les habitudes alimentaires de la société européenne.

> À écouter sur le podcast Les Experts Agricoles : Comment se passer du soja brésilien ?

Alessandra Gambarini