C’est en visioconférence que s’est tenu le congrès de 2020 de la Coordination rurale. Ce 17 décembre 2020, Bernard Lannes, le président du syndicat, s’était entouré de son secrétaire général et de Tristan Arlaud, maraîcher dans les Bouches-du-Rhône, pour débattre des sujets chauds de l’année. Au programme : la transparence sur l’origine des produits et l’information donnée au consommateur.

Pour une traçabilité intégrale

Alors que certains produits transformés arborent le drapeau français sans pour autant contenir d’ingrédients d’origine française, Bernard Lannes dénonce une tromperie : « Le consommateur, on le trompe en toute légalité ! »

Le syndicat demande dans un premier temps l’application de l’article 44 de la loi EGAlim qui impose qu’aucune denrée qui ne respecte pas nos normes environnementales ne puisse entrer sur le sol français.

Dans un second temps, le syndicat demande la traçabilité intégrale des produits via un système de code QR qui permettrait aux consommateurs de connaître la provenance exacte de chaque produit.

Recréer le lien avec le consommateur

« On crée des distorsions, des déséquilibres et dans le déséquilibre il y a de la marge pour tout le monde sauf le producteur », constate Tristan Arlaud, relevant le manque d’informations claires données aux consommateurs.

Même si plans alimentaires territoriaux (PAT) devraient permettre de reconnecter producteurs et consommateurs, le maraîcher de la CR se veut bien moins optimiste « depuis quatre ans que les PAT existent, peu tiennent vraiment la route », selon lui.

A. Gambarini