Proposer des séjours sur mesure dans les campagnes méconnues de la diagonale du vide, c’est le pari que s’est lancé Éloïse Raillard, fille d’un agriculteur de la Côte-d’Or. À l’issue d’une école de commerce, la jeune femme de 30 ans a créé, en novembre 2019, son agence de voyages consacrée à ces régions de faible densité.

Exotiques et ressourçants

La Haute-Saône, la Haute-Loire, l’Yonne, la Nièvre, la Loire, la Creuse, la Lozère, l’Allier, l’Ain, la Saône-et-Loire, etc. : Éloïse Raillard réalise des carnets de voyage avec hébergements et activités au contact notamment des producteurs locaux. « Je me souviens, plus jeune, des réactions enthousiastes de mes amis quand je leur faisais visiter le Châtillonnais le temps d’un week-end, raconte-t-elle. Promenade dans les fermes ou en forêts : je me suis rendu compte que ce que j’avais l’habitude de la leur faire apparaître très exotique et ressourçante. Je m’en suis inspirée. »

L’essai est en passe d’être transformé : « Je suis subitement passée d’une période tendue à me dire “c’est fichu” — mes réservations sont tombées les unes après les autres de mars à mai — à une période étonnante, à m’interroger sur la manière de gérer toutes les demandes. » L’étincelle a pris à l’issue du confinement et d’un reportage sur Éloïse, diffusé au journal télévisé de France 2, au début de juin : « J’ai alors reçu soixante-dix demandes en trois jours. »

> À lire aussi : La haute saison limite les pertes (25/06/2020)

Des habitués de destinations étrangères

Son taux de conversion est pour le moment de 100 %. « Avant le Covid-19, je devais convaincre mes clients de choisir la ruralité. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas, ils veulent à tout prix s’éloigner des lieux touristiques. » La plupart vivent en ville et ont des racines rurales qu’ils veulent transmettre à leurs enfants. Certains ne voyageaient jusqu’ici qu’à l’étranger. Des agriculteurs se montrent aussi emballés par ces échappées hors des sentiers battus.

L’agence « Nos chères campagnes », qui continue d’enrichir son offre, fait appel aux producteurs de ces départements à faible densité, susceptibles de proposer un hébergement ou une « expérience » à la ferme.

À lire aussi : La ferme, le nouvel eldorado des camping-cars (25/06/2020)

Rosanne Aries