L’Association nationale des élus de la montagne (Anem) et les professionnels agricoles des Pyrénées, des Alpes, du Jura, de la Corse, des Vosges et du Massif central tenaient une conférence de presse commune le 3 février 2021. L’objectif : montrer leur détermination à ce que la future Pac prenne en compte les contraintes et les spécificités de l’élevage de montagne et reconnaisse ses pratiques vertueuses.

Conforter les aides aux agriculteurs de montagne

Les élus de l’Anem et les agriculteurs intermassifs, représentés ce jour-là par Philippe Lacube, président de la chambre de l’agriculture de l’Ariège, revendiquent :

  • Une sanctuarisation de l’ICHN ;
  • Le maintien à leur niveau actuel des aides couplées (13 % de l’enveloppe des aides directes ;
  • Un renforcement des aides à l’installation, pour conforter la dynamique observée en zone de montagne ;
  • Le maintien du système de proratisation pour la mesure des surfaces pastorales. Leur crainte est que le nouveau système de mesure par satellite (méthode Lidar), envisagé par le ministère pour 2023, exclue des zones pentues ou très boisées ;
  • Des écorégimes qui rémunèrent l’herbe et les prairies existantes ;
  • Un paiement redistributif révisé pour garantir la présence d’actifs.

> À lire aussi : Réforme : les agriculteurs des massifs ont besoin de la Pac (14/01/2021)

L’agriculture fait vivre la montagne

L’agriculture de montagne, avec 50 000 exploitations familiales, génère un potentiel économique de 8,5 milliards d’euros, 10 milliards d’euros de service non-marchand et plus de 250 000 emplois directs, rappelle l’association des élus de montagne.

« Au niveau environnemental, nos agriculteurs maintiennent la biodiversité et les paysages ouverts et entretenus, attractifs touristiquement, qui attirent 7 millions de visiteurs par an », précise Jean-Pierre Vigier, vice-président de l’Anem, en charge des sujets agricoles.

Les élus ont sollicité et espèrent une entrevue prochainement avec le ministre de l’Agriculture pour porter leurs revendications.

À lire aussi : Réforme de la Pac, la FNSEA veut rémunérer les services environnementaux de l’élevage (12/01/2021)

Sophie Bergot