« Nous recommençons à pouvoir travailler », explique Sébastien Paire, éleveur dans une des 55 communes frappées par la tempête Alex, le 3 octobre 2020 et classées en état de catastrophe naturelle. À la tête d’un troupeau de 80 brebis, 40 chèvres et de quelques vaches, ânes et chevaux, il a réussi à mettre ses animaux à l’abri dans la bergerie, la veille de la catastrophe...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
30%

Vous avez parcouru 30% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !