Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Des parlementaires à la rencontre des familles touchées

réservé aux abonnés

Suicide en agriculture - Des parlementaires à la rencontre des familles touchées
Le député Olivier Damaisin bouclera le 21 août, sa mission interministérielle sur la prévention du suicide en agriculture. © Claudius Thiriet

Le député Olivier Damaisin se rendra en juillet, en Saône-et-Loire, dans le cadre de sa mission destinée à mieux prévenir le suicide en agriculture. En parallèle, le sénateur Henri Cabanel poursuivra aussi ses auditions sur le terrain cet été.

« Les premières auditions montrent la difficulté à trouver le bon interlocuteur en cas de situation de détresse, note Olivier Damaisin. J’ai moi-même été confronté à ce problème à la suite d’un appel d’un agriculteur en difficulté durant ma mission. Vers qui se tourner ? Ça n’est pas encore assez clair. »

Les 15 et 16 juillet en Saône-et-Loire

Le député du Lot-et-Garonne (LREM) s’est vu confier, le 10 mars, par le Premier ministre, ainsi que les ministres de la Santé et de l’Agriculture, une mission interministérielle sur la prévention et l’accompagnement des difficultés rencontrées par les agriculteurs. En raison du confinement, les premières auditions se sont déroulées à distance : « Nous avons réalisé 25 visioconférences jusqu’à présent, auprès des institutionnels essentiellement ». Le parlementaire a notamment auditionné la MSA, les banques, les assurances, les vétérinaires, les experts-comptables, des psychologues, des chercheurs et l’association Apesa (Aide psychologique pour les entrepreneurs en souffrance aiguë).

Désormais, c’est sur le terrain qu’Olivier Damaisin entend poursuivre sa mission : « Je suis en train d’organiser trois sorties importantes. Je me rendrai notamment auprès de familles endeuillées ou dans la difficulté, les 15 et 16 juillet, en Saône-et-Loire, un département qui a été très touché en 2018 et 2019 par le suicide ». Sa mission prendra fin le 21 août, et devrait au moins résulter sur un rapport en septembre.

« On ne lâche rien »

En parallèle, le sénateur Henri Cabanel poursuit également ses démarches. Le viticulteur de l’Hérault, a réalisé au début de février ses premières auditions avec la MSA et le ministère de l’Agriculture, ainsi que le psychologue Philippe Spoljar.

« Il n’est pas question que nous lâchions quoi que ce soit », prévient-il. Le Parlementaire du groupe RDSE auditionnera l’Agence nationale de santé publique cette semaine, puis se rendra sur les exploitations en juillet, dans le cadre de sa mission qui se poursuivra « autant que nécessaire », indique-t-il.

Rosanne Aries
À qui s’adresser en cas de difficultés ?

En cas d’extrême urgence, contactez le 15 ou le 112 (depuis un portable).

Les dispositifs d’écoute sont tous anonymes. La MSA a mis en place le service « Agri’écoute » pour joindre 24h/24 et 7j/7 des professionnels au 09 69 39 29 19. On peut aussi citer : SOS amitié (09 72 39 40 50), Suicide écoute (01 45 39 40 00), SOS suicide phénix (01 40 44 46 45).

Liens utiles :

- l’Union nationale prévention suicide : www.unps.fr

- Pour aider à faire son deuil : Association Jonathan Pierres Vivantes (www.anjpv.asso.fr), Vivre son deuil (vivresondeuil.asso.fr).

- Réseaux pour les agriculteurs en difficulté : Solidarité Paysans (www.solidaritepaysans.org), Agri’collectif (www.agricollectif.fr).

- Pour les techniciens travaillant auprès des agriculteurs : Agri-sentinelles (reseau-agri-sentinelles.fr).

Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !