Ce mardi 16 juin 2020, Didier Guillaume, le ministre de l’Agriculture, était interrogé sur le plateau de CNews. L’occasion de revenir sur les propos tenus par Emmanuel Macron lors de son allocution du 14 juin 2020.

À lire aussi : Macron promet d’investir dans l’indépendance agricole (15/06/2020)

La relance économique

Dressant le bilan des filières les plus touchées par la crise du coronavirus, Didier Guillaume a affirmé que la meilleure relance viendrait des consommateurs. « Aller dans les restaurants, acheter des produits français, […] c’est comme ça que les choses reprendront, a-t-il insisté. Maintenant, nous devons penser à ce qu’est la souveraineté alimentaire. » Des propos qui font écho à ceux prononcés par le président de la République qui évoquait dimanche la nécessité « de créer de nouveaux emplois en investissant dans notre indépendance technologique, numérique, industrielle et agricole ».

Alimenter le plus grand nombre

Interrogé sur l’indépendance agricole de la France, le ministre a tenu à en préciser sa signification. « L’agriculture n’est pas un produit comme les autres. Il faut une exception agricole, a-t-il expliqué. On ne peut dans un accord commercial échanger des voitures contre de l’alimentation ou de l’agriculture. »

L’agriculture n’est pas un produit comme les autres. Il faut une exception agricole.Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, le 16 juin 2020 sur CNews

Dans le même temps, indépendance et repli sur soi ne doivent pas être confondus. « Nous ne vivrons pas en autarcie. Nous continuerons à vendre des produits : vendre du blé, vendre du vin, vendre des spiritueux et nous serons amenés à en acheter », a-t-il souligné.

Le ministre de l’Agriculture n’écarte pourtant pas la relocalisation de certaines productions vers la France. « Nous allons réfléchir à quelles productions françaises pour alimenter nos concitoyens », a-t-il promis.

A. Gambarini