Pour ce projet, qui pourrait couvrir jusqu’à 800 000 hectares, des terres vont être aménagées pour faire pousser du riz, du manioc et du maïs. L’objectif : nourrir la population de ce pays, qui est le quatrième plus peuplé au monde, a assuré Joko Widodo lors d’une réunion du gouvernement ce 23 septembre 2020.

> À lire aussi : Souveraineté alimentaire, une « révolution agricole » au milieu du désert (20/08/2020)

« Anticiper une crise alimentaire mondiale »

Pour le président indonésien, ce projet devrait permettre « d’anticiper la crise alimentaire mondiale qui devrait être causée par l’épidémie de Covid-19 […] mais aussi le changement climatique, tout en faisant diminuer notre dépendance aux importations de nourriture ».

La phase préliminaire a déjà commencé dans le nord de l’île de Sumatra, mais aussi dans le centre de Kalimantan, dans la partie indonésienne de l’île de Bornéo. Le projet pourrait finalement être étendu à trois autres régions de l’archipel : le sud de Sumatra, la Papouasie et les îles de l’est de Nusa Tenggara.

Les ONG environnementalistes inquiètes

Cette annonce devrait susciter l’ire des organisations de défense de l’environnement. Ces dernières ont déjà prévenu que ce genre de projet exploite principalement les zones de tourbières et encourage les feux de forêt mis en cause dans l’apparition de nuages de fumée qui ont étouffé de manière saisonnière une grande partie de la région, durant les 20 dernières années.

Greenpeace Indonésie a ainsi averti que convertir des tourbières riches en carbone en fermes géantes pourrait causer une catastrophe environnementale. « Depuis 2015, plus d’un quart de million d’hectares de tourbières et forêts ont brûlé dans le centre de Kalimantan. Et alors que la communauté scientifique nous presse de protéger toutes les tourbières pour arrêter le changement climatique, le gouvernement soutient au contraire un plan qui pourrait transformer ces terres en une nouvelle bombe carbonique », a indiqué l’association.

AFP