« La canicule et son corollaire la sécheresse, qui sévissent en France, vont entraîner une année supplémentaire de graves problèmes d’affouragement pour les éleveurs et de développement pour certaines productions végétales », affirme le syndicat dans un communiqué diffusé ce 7 août 2018.

Accusant l’état d’avoir préféré « démanteler le régime des calamités agricoles au profit de l’assurance », la Confédération paysanne demande :

  • « La mise en place de cellules de crises départementales ;
  • Des dérogations aux règles européennes en matière d’utilisation des jachères, des surfaces d’intérêt écologique ;
  • Des adaptations des contrôles sur place à la situation climatique, en particulier en matière de présence de la ressource ligneuse ;
  • Le report de la partie intérêts des annuités en fin de tableau d’amortissement ;
  • Un contrôle de légalité accru sur ce qu’une partie de la profession appelle « opérations de solidarité ». »