La nature des 50 % de produits de qualité devant être servis dans la restauration collective à compter de 2022 est précisée par un décret du 23 avril.

La loi alimentation (EGAlim) prévoit que les repas servis dans les cantines, à partir de 2022, intègrent un minimum de 20 % de bio et 50 % de produits répondant à certains critères de qualité. Le texte publié au Journal officiel précise que ces pourcentages correspondent à la valeur hors taxe des produits.

Comme le prévoyait le projet de texte présenté aux syndicats, il limite la liste de produits pouvant être comptabilisés dans les 50 % aux signes de qualité officiels : label rouge, AOC/AOP, indication géographique, spécialité traditionnelle garantie, mention « issue d’une exploitation à haute valeur environnementale » et mention « fermier », « produit de la ferme « ou « produit à la ferme » pour les produits pour lesquels ces mentions sont réglementairement encadrées.

Les produits pouvant justifier d’une « prise en compte des coûts imputés aux externalités environnementales liées aux produits pendant son cycle de vie » pourraient aussi se faire une place… Il reste à clarifier ce qui se cache derrière ce concept.

B.L.