Le Copa-Cogeca a élu sa nouvelle présidente ce 18 septembre 2020. C’est donc la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, qui prend la présidence du comité des organisations professionnelles agricoles européennes pour les deux ans à venir. À l’occasion de son élection, cette dernière a présenté les trois chantiers principaux qui l’animeront durant son mandat.

  1. Des revenus pour une agriculture productive et durable

    La nouvelle présidente a tenu à rappeler son soutien à une agriculture européenne productive et durable. « L’agriculture peut être source d’émission, victime mais aussi une solution face au changement climatique, a souligné la présidente. Les agriculteurs européens sont pleinement engagés dans la transition écologique, mais ils ne peuvent le faire sans le soutien de l’UE (Union européenne). » Elle estime que les objectifs environnementaux fixés par Bruxelles ne pourront être respectés sans rémunération. À cet effet, la présidente a demandé une mise en œuvre rapide des fonds du plan de relance dans les pays membres de l’UE.

  2. Des relations commerciales équitables

    « Nous exigeons d’être traités de manière équitable ! », a également lancé Christiane Lambert. Elle juge que l’importation de produits ne respectant pas les normes européennes ne peut plus être tolérée. De plus, dans les tensions entre la Chine et les États-Unis, la filière agroalimentaire européenne ne peut plus être « une variable d’ajustement ». Autres inquiétudes pour la nouvelle présidente, les négociations en cours avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande et le futur Brexit où « le no-deal serait une solution délicate ».

  3. Lutter contre les clichés sur l’agriculture

    Christiane Lambert s’est également dite ouverte à développer le dialogue, aussi bien avec les acteurs de l’environnement, du commerce, de l’innovation, qu’avec les ONG. Pour autant, en matière de bien-être animal, cette dernière rappelle aussi que de nombreuses décisions hâtives ont été prises sans avoir consulté les agriculteurs. Aujourd’hui, Christiane Lambert souhaite « des objectifs, un calendrier et un accompagnement » pour le monde agricole. « Si nous faisons des progrès, il faut expliquer notre travail au consommateur » et concernant l’agribashing, « avoir un dialogue plus apaisé […] et reconnecter les citoyens » et de répondre à l’objectif ambitieux du renouvellement des générations agricoles : « J’ai l’espoir que des jeunes s’intéressent à l’agriculture et revivifie l’agriculture européenne. »

Alessandra Gambarini