JA présentait à la presse ce 15 septembre 2020 ses ambitions pour la rentrée à venir. Plan de relance post-Covid, communication ou encore gestion des risques font partie des nombreux chantiers que s’est fixé le syndicat.

Après avoir présenté son manifeste pour « une souveraineté alimentaire après la crise » à la presse en mai dernier, le syndicat se félicite que certains points aient été repris dans le plan de relance ministériel.

À lire aussi : Déconfinement, Jeunes Agriculteurs prépare la sortie de crise (12/05/2020)

Des ambitions communes pour la relance post-Covid

Présenté au début de septembre, le plan de relance agricole comprend notamment un volet concernant la captation du carbone. Une ambition également portée par le syndicat qui souhaite favoriser les pratiques limitant les émissions de carbone et rémunérer sa captation (implantation de haies, revalorisation des prairies, stockage…).

Le plan de relance comprend également un volet sur la structuration des filières, notamment avec la mise en place d’un plan protéines, mais aussi l’intégration des filières du lin et du chanvre dans la rénovation énergétique, des positions saluées par le syndicat.

Conquérir les jeunes vers les métiers de l’agriculture

« Le ministre a également souvent fait référence aux jeunes lors de la présentation du plan de relance, a souligné Samuel Vandaele, le président de JA. Nous en sommes satisfaits. » L’annonce d’un budget alloué à une campagne portant sur les métiers de l’agriculture par le ministre a également ravi le syndicat. « Nous allons lancer une campagne des métiers réunissant tous les acteurs de l’installation, a indiqué Loïc Quellec, en charge du dossier de l’installation. Sur le modèle des spots publicitaires de l’armée ou de l’artisanat. »

Alors que 4 990 installations aidées ont pu voir le jour en 2019, un chiffre légèrement inférieur à 2018, le syndicat se veut proactif sur le dossier et continuer à « faire évoluer, améliorer le dispositif à l’installation en fonction des porteurs de projet ».

Des outils de gestion des risques à renforcer

Sujet chaud du moment, la gestion des risques a également été largement évoquée par le syndicat qui souhaite non seulement mieux former et sensibiliser aux aléas climatiques, sanitaires et économiques, mais également renforcer les dispositifs actuels.

« Nous souhaitons rendre les outils assuranciels plus attractifs, les faire évoluer pour qu’ils correspondent mieux aux besoins du terrain, a indiqué Baptiste Gatouillat. Concernant le fonds de mutualisation (FMSE), nous souhaiterions renforcer son rôle et développer les filières qui y ont accès, comme la betterave. »

Le syndicat demande également la mise en place d’un outil financé par l’Union européenne dans le cadre de la future Pac, qui permette de corriger les variations des cours des matières premières.

« Nous avons maintenant besoin d’une ligne politique claire », a enfin rappelé le président de JA. Initialement prévue ce 15 septembre, la rencontre avec le ministère de l’Agriculture a été reportée d’une dizaine de jours et sera suivie d’un rendez-vous avec le ministère de la Transition écologique.

A. Gambarini