La FRSEA et les Jeunes Agriculteurs (JA) du Grand Est avaient donné rendez-vous aux agriculteurs de la Région le vendredi 30 avril 2021 à midi devant le Parlement européen à Strasbourg. Il semblerait que l’appel ait été entendu : plus de 1 500 tracteurs ont envahi la ville, selon Franck Sander, président de la section départementale du Bas-Rhin de la FNSEA.

Inquiets de l’orientation actuelle de la future Pac, les manifestants entendent faire passer leurs messages et dénoncer les « aberrations » du système, explique Franck Sander.

Pour une Europe qui soutient ses agriculteurs

Les points de désaccord ne manquent pas : absence de gestion des marchés, mesures qui ne tiennent pas compte de l’économie, des filières, de la rentabilité des exploitations, écorégimes non réalistes… détaille Franck Sander.

Plus globalement, les mesures proposées dans la réforme de la Pac « ne correspondent pas au projet d’assurer notre souveraineté alimentaire européenne, française et de maintenir des paysans dans tous les territoires. […] On demande que l’Europe nous protège », rajoute-t-il.

Un rendez-vous avec la préfète et le président de Région

Une délégation avait rendez-vous vendredi matin avec Josiane Chevalier, préfète de la Région Grand Est. « Ce qu’on voulait, c’était bien entendu de faire passer nos messages. On a aussi sollicité une rencontre avec le ministre de l’Agriculture pour qu’il nous défende au niveau européen, ainsi qu’au niveau du plan stratégique national, PSN », raconte le président de la FDSEA 67.

« La préfète a été très à l’écoute. Cet après-midi, nous serons reçus par le président de la Région Jean Rottner. Ça restera dans le même esprit que ce matin. Nos revendications restent les mêmes », résume-t-il.

Les agriculteurs et leurs 1 500 tracteurs avaient également rendez-vous à midi devant une tribune installée devant le Parlement européen. Plusieurs intervenants se sont succédé pour s’exprimer sur leurs positions communes, avec une retransmission en direct sur YouTube.

Une date et un lieu symbolique

« C’est un symbole très fort pour les manifestants, explique Franck Sander. Tous les tracteurs sont passés devant le Parlement européen et devant le Conseil de l’Europe. C’est important, on continue à se battre. On n’est pas là pour embêter les citoyens. On a besoin d’eux, ils ont besoin de nous, et c’est ensemble qu’on va gagner. »

La date, elle aussi, est symbolique, rajoute-t-il, alors que reprennent le même jour les discussions européennes sur la réforme de la Pac au travers du trilogue européen.

Raphaëlle Borget