Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

ETA ou groupements d’employeurs attirent plus les candidats

réservé aux abonnés

Recrutement - ETA ou groupements d’employeurs attirent plus les candidats
Les groupements d’employeurs et les ETA peuvent proposer des conditions de travail et des parcours professionnels et de formation plus attractifs pour les candidats. © Cédric Faimali/GFA

Selon un rapport du CGAAER (1), l’emploi agricole par l’intermédiaire d’un tiers employeur, tels que les entreprises de travaux agricoles (ETA) ou les groupements d’employeurs, est plus attractif pour les salariés que l’emploi direct. Cela pourrait constituer un levier pour pallier le manque de main-d’œuvre dans le secteur.

L’emploi agricole par l’intermédiaire d’un tiers employeur est « plutôt plus attractif » que le salariat en direct, selon un rapport du CGAAER (1), publié en juillet 2021. À l’exception du travail détaché, les « nouvelles » formes de travail en agriculture proposent « des conditions de travail, de couverture sociale, les parcours professionnels et de formation » plus attractive que le salariat direct sur une exploitation, selon le document.

De quelles formes de travail s’agit-il ? Des entreprises de travaux agricoles (ETA), des groupements d’employeurs, de l’intérim national, ou encore de l’insertion par l’activité économique (par exemple les jardins de Cocagne). « Le recours au tiers employeur peut également pallier le manque de compétences ou de goût des exploitants pour le management et la gestion des ressources humaines », ajoute le CGAAER.

Montée en puissance

« Le recours à des tiers pour la réalisation des travaux agricoles s’est fortement accentué en 9 ans » (entre 2010 et 2019). Il « représente une part significative des moyens de production », analysent les auteurs du rapport, soit 12 % des ETP (équivalents temps plein) agricoles totaux en 2019.

Sur un total de 715 000 ETP, les non salariés agricoles représentent 380 000 ETP, les salariés 248 000 ETP (35 %) et la main-d’œuvre employée par des tiers 87 000 ETP environ (hors entreprises de travaux forestiers).

Les ETA et les groupements d’employeurs (comprenant les services de remplacement et les Cuma) regroupent la majorité des emplois « indirects », respectivement 41 % et 34 %. Les groupements d’employeurs sont en fort développement sur 9 ans (+70 %), les ETA également (+33 %). Ils représentent respectivement 5 % et 4,5 % des ETP totaux du secteur.

Les secteurs de la viticulture, du maraîchage et de l’arboriculture emploient 64 % des salariés en ETP (équivalent temps plein) mis à disposition par des tiers employeurs. Les exploitations de cultures et élevage non spécialisés en embauchent 24 %.

Répondre aux besoins croissants de main-d’œuvre

Le CGAAER considère dans sa publication que ces nouveaux modèles de travail en agriculture pourraient permettre de rendre le secteur plus attractif, et qu’ils répondent chacun à leur manière aux besoins du secteur agricole.

Les ETA offrent des conditions plutôt favorables à leurs salariés (horaires annualisés, plan épargne entreprise…) et pourraient répondre aux préoccupations de transition agroécologique par un équipement de pointe.

Les groupements d’employeurs, outil qui fait office de « couteau suisse », peuvent répondre à la fois aux besoins de saisonniers (pointe ou saison longue) ou à l’emploi de saisonniers étrangers.

Au sein des groupements d’employeurs, « l’évolution professionnelle peut être facilitée par la formation et l’acquisition d’expériences et de compétences multiples dans des environnements de travail diversifiés », relève le rapport. Ce qui les rend plutôt attractifs pour les salariés.

L’intérim est pour l’instant une activité de niche mais pourrait répondre à des besoins en main-d’œuvre qualifiée, car son coût est plus élevé. L’insertion par l’activité économique peut permettre de toucher un vivier de candidats qui ne se seraient pas tournés vers l’agriculture.

Le CGAAER estime que le travail détaché doit rester une solution répondant à des besoins de main-d’œuvre saisonnière de pointe et que l’État doit mettre en place des systèmes de « contrôle et de répression d’une part, de prévention et de conseil d’autre part ».

Le CGAAER recommande d’introduire la gestion des ressources humaines dans les cursus de formation initiale et continue de l’enseignement technique agricole qui préparent les futurs exploitants agricoles.

Marie Salset

(1) Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux.

Les groupements d’employeurs en forte progression

Les groupements d’employeurs constituent une part significative du développement de l’emploi salarié en agriculture face à la diminution du nombre des actifs familiaux et en complément de l’emploi direct par les exploitations, rapporte le CGAAER.

Selon les chiffres du rapport, en 2019, on compte 3 832 groupements d’employeurs constitués entre exploitants agricoles. Leur nombre a progressé de 12 % en 9 ans. Ils représentent 29 697 ETP (équivalent temps plein).

Parmi ces groupements d’employeurs, plus de 300 sont des services de remplacement, pour 2 015 ETP (+34 % en 9 ans). Environ un tiers des Cuma (1 578 en 2019) ont introduit dans leurs statuts la possibilité (ouverte en 2016) de s’ériger en groupements d’employeurs, pour 2 210 ETP en 2019 (+5 %).

Les Cuma comptent en moyenne 1,4 ETP contre 12 pour les autres formes de groupements d’employeurs.

Les groupements d’employeurs sont très présents dans les cultures spécialisées (50 % des ETP), les cultures et élevages non spécialisés (32 % des ETP) et la viticulture (14 % des ETP).

Selon le CGAAER, les groupements d’employeurs « sont un outil d’une grande plasticité pour répondre de façon pertinente à une diversité des problématiques » de recrutement en agriculture.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !