La FNSEA et la Coordination rurale ont fait part de leurs inquiétudes à la suite de la publication des comptes de l’agriculture par l’Insee. L’institut relevait l’effet combiné de la crise sanitaire et des événements climatiques sur la trésorerie agricole nationale.

Voir aussi : Selon l’Insee : la météo et le Covid plombent les comptes agricoles (16/12/20)

La FNSEA inquiète pour la compétitivité de la France

Dans son communiqué du 16 décembre 2020, la FNSEA estime que la moitié des exploitations agricoles françaises affichent un résultat inférieur à 20 000 €/UTANS (unité de travail agricole non salarié).

« Ces résultats sont inférieurs à ceux des exploitations de nos principaux voisins, comme l’Allemagne, les Pays-Bas ou le Danemark », relève le syndicat majoritaire, qui s’inquiète sur la capacité du pays à continuer à produire sa propre alimentation dans de telles conditions.

« Il est impératif de permettre aux agriculteurs de tirer un revenu décent de leur activité, rappelle-t-il. Il est encore temps de redresser la situation. ». Le syndicat considère que le plan de relance est « un premier pas » pour remettre l’agriculture française dans une situation compétitive.

La Coordination rurale juge le plan de relance insuffisant

De son côté, la Coordination rurale s’avoue bien plus sceptique quant à l’efficience du plan de relance. Dans un communiqué diffusé le 16 décembre 2020, le syndicat s’inquiète que les agriculteurs doivent continuer à « suremprunter pour survivre. Force est de constater que le système en place sert à l’économie des industriels », dénonce la Coordination rurale.

Alessandra Gambarini