La baisse de 10 millions d’euros du budget destiné au compte d’affectation spéciale développement agricole et rural (Casdar) ne passe pas dans les rangs de la commission des Affaires économiques du Sénat, saisie pour avis, sur le projet de loi de finances pour 2021.

> À lire aussi : Contrats photovoltaïques, des centaines d’agriculteurs lésés par l’État (16/11/2020)

Une baisse mais pas une rebudgétisation

Interrogé à ce sujet le 18 novembre 2020, Julien Denormandie a défendu cet arbitrage. « Je me suis battu pour qu’on maintienne le Casdar. » Il a rappelé que la mission de l’inspection générale des Finances sur ce sujet avait, à la base, pour finalité de savoir s’il fallait « rebudgétiser ou non le Casdar [...] parce que les comptes d’affectation spéciaux ne sont plus trop dans l'air du temps ».

D’autres sources de financements pour la recherche

Le Casdar permet notamment de financer la recherche. Le ministre de l’Agriculture a défendu que ce n’était pas la seule source de financement des instituts techniques et que de nouveaux moyens alloués à la recherche étaient mis en place, par le biais du plan de relance, du plan d’investissement d’avenir et du projet de loi de programmation de la recherche.

Budget global de 20 milliards d’euros

Julien Denormandie a, par ailleurs, défendu le budget global alloué à l'agriculture, l’alimentation et la forêt, d’un montant annuel de « 20 milliards d’euros », selon lui «tout à fait nécessaire». Cela comprend les moyens alloués par le budget national, le plan de relance (1,2 milliard d'euros), le budget de la Pac et des mesures fiscales, a détaillé le ministre.

> À lire aussi : Réforme, comment le Parlement européen veut cibler les aides Pac (26/10/2020)

Bertille Quantinet