Le ministère de l’Économie et des Finances a annoncé qu’une vingtaine de taxes « à faible rendement » vont être supprimées en 2019. La taxe sur les farines en fait partie. Dans son dernier rapport annuel, publié le 7 février 2018, la Cour des comptes avait recommandé sa suppression. Une première étape dans le chantier de simplification de la fiscalité française entrepris par Bercy.

Affectée à la retraite complémentaire obligatoire

La taxe sur les farines était affectée au financement de la MSA. En 2018, elle a contribué à compenser une partie du déficit du régime de retraite complémentaire obligatoire (RCO), à hauteur de 60 millions d’euros sur 200 millions d’euros de déficit total.

Marie Salset, avec l’AFP