L’enseigne Biocoop se porte bien. Dans le contexte particulier de cette année 2020, le leader de la distribution spécialisée bio devrait encore afficher une belle progression de son chiffre d’affaires.

En 2019, les magasins du réseau Biocoop ont réalisé un chiffre d’affaires de 1,383 milliard d’euros, en hausse de 14,8 % sur une année. Sur 2020, l’enseigne table sur 1,6 milliard d’euro, a indiqué vendredi 13 novembre 2020 Mathieu Lancry, producteur de légumes dans les Hauts de France et administrateur de Biocoop, lors d’une visioconférence organisée par l’Afja.

De fait, la filiale dédiée à la restauration hors domicile (12,5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2019, alors en croissance de 26 %) a souffert du confinement, mais « la hausse des ventes en magasin a plus que compensé, explique Mathieu Lancry. L’explosion des ventes pendant plusieurs semaines, avec des croissances de l’ordre de 40 %, a même été difficile à suivre sur le plan logistique ».

Report de la RHD vers les magasins

Le deuxième confinement a, pour l’instant, un effet bénéfique mais plus modéré sur les ventes, avec « des croissances de 10-15 % par rapport à la normale, liées au report des consommations au restaurant vers les achats en magasins, du fait du télétravail. »

L’enseigne se réjouit aussi de voir des clients « plus jeunes », autour de 20 à 30 ans, franchir de plus en plus souvent ses portes. L’une des explications pourrait tenir au vrac, qui se décline en 485 références chez Biocoop, et qui, outre ses vertus écologiques, présente l’atout d’offrir « des prix plus accessibles ».

« Bio, français, de saison et équitable »

Toutefois, ce n’est pas avec des prix bas, mais avec des valeurs élevées que Biocoop souhaite se démarquer. « Nos valeurs, c’est 100 % bio, 100 % de saison, 0 % d’OGM et 0 % de transport par avion, mais aussi 80 % de produits origine France, dont 15 % de produits locaux — qui parcourent moins de 150 km », énumère Mathieu Lancry.

Dans ces valeurs on trouve aussi le commerce équitable, qui représente 24 % des achats. « Il s’agit du commerce équitable nord-sud, pour le café par exemple, mais aussi nord-nord, que l’on souhaite développer. C’est pour cela qu’on a créé en mai 2020 le label « Bio équitable en France » avec la Scop éthiquable. Les produits arrivent en rayon en ce moment. »

Outre les produits labellisés, la juste rémunération des producteurs fait partie de l’ADN de l’enseigne, qui intègre les groupements de producteurs à sa gouvernance. « Évidemment, le commerce équitable vaut dans les deux sens, note Mathieu Lancry. En général, cela permet de protéger les producteurs dans les relations commerciales… mais à l’inverse, nous, les groupements de producteurs n’avons pas profité de l’explosion de la demande pendant le confinement de mars pour augmenter nos prix… »

Bérengère Lafeuille