« Le prix des céréales baisse encore, de 0,5 % sur un mois après −4,2 % », annonce l’Insee dans une note d’Informations rapides publiée le 27 octobre 2017. Celui du blé tendre recule de 0,5 % après une chute de 5,8 % en août. Le prix du maïs est quasi stable (+0,1 %), celui des oléagineux repart à la baisse (−1,1 %), le colza notamment (–0,4 % après +0,7 %), sous l’effet de l’annonce de baisses de taxes de l’Union européenne sur les importations de biodiesel argentin.

La pomme de terre chute

« En septembre 2017, les prix des pommes de terre baissent de 34,0 % sur un an, du fait d’un début de campagne de 2017-2018 en net repli pour celles de conservation », calcule l’Insee. En revanche, les tarifs des fruits frais augmentent de 4,0 % sur un an, grâce aux pommes (+5,7 %) et au raisin (+19 %). Ceux des légumes frais se redressent (+2,5 % sur un an) avec le renchérissement des produits de saison.

Du côté de la viande, la baisse se poursuit avec –0,6 % en septembre. Elle s’accentue pour les porcins : −6,3 % sur un mois et −10,3 % sur un an. « La réduction des débouchés à l’exportation, la faiblesse de la consommation intérieure et la concurrence européenne pèsent sur les cours, estime l’Insee. Les prix des gros bovins continuent d’augmenter (+1,6 % et +8,2 % sur un an) », revenant au niveau de l’automne 2015.

Les moyens de production augmentent

Quant aux prix des consommations intermédiaires, ils accélèrent (+0,5 % en septembre après +0,2 % en août), dépassant de 1,1 % leur niveau de septembre 2016. « Cette nouvelle hausse provient surtout des prix de l’énergie (+3,1 % sur un mois) et des engrais et amendements (+1,3 %). En revanche, le prix des aliments pour animaux baisse de nouveau (−0,5 %). »