Lors de l’assemblée générale, en juin 2016, les dirigeants de la MSA disaient déjà redouter la rentrée, et se montraient inquiets face à la situation tendue des agriculteurs. Les nouveaux chiffres transmis le 9 août 2016 par l’organisme confirment leurs craintes. 68 090 foyers ont bénéficié en mai 2016 de la prime d’activité. Ce qui représente une hausse de 21,5 % entre avril et mai 2016. Au total, 88 670 foyers ont perçu cette prestation depuis le début de l’année.

8 % de demandes en plus

La MSA dénombre 166 818 demandes de primes d’activité depuis janvier 2016, dont 13 818 supplémentaires pour le seul mois de mai (+ 8,28 %). Une montée en puissance du dispositif qui confirme la faiblesse des revenus de nombreux adhérents de la MSA. En raison de la forte hausse des demandes, l’organisme de protection sociale prévient sur son site d’un allongement des délais de traitement des dossiers.

Depuis le 1er janvier 2016, le RSA activité et la prime pour l’emploi ont fusionné et sont remplacés par la prime d’activité, dédiée à l’amélioration du niveau de vie des travailleurs modestes (exploitants et salariés agricoles). Son montant s’élève en moyenne à 177 € (210 € pour un foyer d’exploitants agricoles et 162 € pour un foyer de salariés agricoles).

Moins d’allocataires RSA

Un exploitant agricole peut y prétendre si ses derniers revenus agricoles connus, ceux de 2015, n’ont pas dépassé 16 337 €, pour une personne seule. Si ces résultats ont été déficitaires en 2015, il ne peut percevoir la prime d’activité, mais peut en revanche solliciter le RSA (socle). En mai 2016, 24 642 personnes relevant du régime agricole en ont bénéficié. Ils étaient 39 210 allocataires en mai 2015, mais une partie a été absorbée par la prime d’activité lancée en 2016.

Rosanne Aries