Cent mille spectateurs se sont déplacés, le 29 septembre 2019, dans les cinémas pour voir le film Au nom de la terre. Quatre jours après sa sortie, le réalisateur, Édouard Bergeon, son producteur Christophe Rossignon, son distributeur Diaphana et les salles de cinéma partenaires, ont lancé une opération nationale visant à soutenir Solidarité paysans qui accompagne, chaque année, 3 000 agriculteurs en difficulté. Pour chaque place de cinéma achetée ce jour-là pour Au nom de la terre, un euro était ainsi reversé à l’association. Un an après, Édouard Bergeon et Guillaume Canet lui verseront, le 29 septembre 2020, les 100 000 euros récoltés.

Prise de conscience inédite

Le réalisateur poitevin, dont le père agriculteur, incarné par Guillaume Canet, a mis fin à ses jours en 1999, apporte également son aide à Solidarité paysans, à travers sa plateforme digitale CultivonsNous.tv, lancée en avril 2020, avec la société Alchimie, pour rassembler citadins et ruraux autour de reportages et films dédiés à la terre et à l’alimentation. Sur chaque abonnement, un euro est reversé à l’association.

Quatrième film français au box-office en 2019, son long-métrage a attiré près de deux millions de spectateurs. Boudé par Paris, mais très bien accueilli dans les campagnes et des villes comme Bordeaux ou Lyon, Au nom de la terre n’a pas seulement eu pour effet de libérer la parole, il a aussi suscité une prise de conscience inédite du politique qui œuvre désormais à l’amélioration du cadre de prévention du suicide, via une mission parlementaire.

Un risque de suicide plus élevé de 12,6 %

372 exploitants ainsi que 233 salariés agricoles se sont suicidés en 2015, selon les dernières estimations de la MSA. Les agriculteurs ont un risque de se suicider supérieur de 12,6 % à l’ensemble de la population.

Rosanne Aries