L’accord sur le volet agricole du plan de relance est en bonne voie. « Il reste quelques ajustements techniques à faire avant de rendre la copie finale à la fin du mois, mais nous sommes tombés d’accord sur la façon de répondre aux problématiques agricoles avec ces 8 milliards d’euros », a indiqué l’eurodéputé (Renew) Jérémy Decerle, en sortant d’un trilogue avec le Conseil et la Commission européenne ce 10 novembre 2020.

37 % pour l’environnement et le bien-être animal

L’accord politique trouvé entre les trois institutions prévoit une mobilisation des fonds en deux temps : environ 2,3 milliards d’euros en 2021 et 5,6 milliards en 2022. « Au moins 37 % devront financer des mesures en faveur de l’environnement ou du bien-être animal et 55 % soutiendront l’investissement et les jeunes agriculteurs », détaille le député, qui a « bataillé pour que le soutien aux jeunes agriculteurs soit mentionné dans le texte ». Les États membres seront libres de la répartition à l’intérieur de ces deux ensembles.

Selon le principe de non-régression environnementale, les États devront flécher sur l’environnement un pourcentage du fonds de relance au moins égal au pourcentage de l’enveloppe du second pilier qu’ils consacrent actuellement à cette fin.

Le texte final, qui nécessite quelques ajustements techniques, doit être rendu à la fin du mois afin d’être adopté à temps pour débloquer l’argent dès 2021. La fin d’année sera chargée pour les négociateurs agricoles du Parlement et du Conseil : ce même mardi 10 novembre débutaient également les trilogues concernant les trois règlements de la nouvelle Pac.

Bérengère Lafeuille