La Confédération paysanne revient sur le plafonnement de la hausse des pensions dans un communiqué du 14 septembre 2018. À la fin du mois d’août, le gouvernement a annoncé que l’augmentation des retraites ne sera plus calquée sur l’inflation en 2019 et en 2020, mais égale à 0,3 % par an (contre une inflation estimée entre 1,5 et 2 %). Des mesures en faveur des assurés les plus modestes sont néanmoins à l’étude.

« Une véritable provocation »

Pour la Confédération paysanne, cette annonce est « une véritable provocation ». Le syndicat rappelle qu’« au printemps dernier, le gouvernement a bloqué au Sénat la proposition de loi visant à revaloriser les petites retraites agricoles. […] Pour se justifier, le gouvernement avait promis de faire “un geste” en faveur des retraités de l’agriculture avant la mise en place d’une réforme globale. Qu’en est-il de cette promesse avec cette “revalorisation” ? ! »

Après avoir rappelé que les retraités agricoles perçoivent une pension de 740 € mensuels en moyenne, le syndicat estime « inadmissible » que celle-ci soit inférieure au minimum vieillesse : « En effet, la récente décision du gouvernement d’augmenter l’Aspa, l’allocation de solidarité aux personnes âgées, pour la porter très légitimement à 903 € en 2020, creuse un peu plus l’écart et renforce l’injustice que constitue le montant des retraites agricoles », argumente la Confédération paysanne.

La Confédération paysanne demande donc « un rattrapage immédiat et un traitement à l’équivalent, soit une augmentation de 100 € pour les retraites agricoles ».