Les discussions se poursuivent entre le gouvernement et les syndicats agricoles à propos de la réforme des retraites. Le vendredi 10 janvier 2020, c’était au tour de la Coordination rurale d’être reçue, après la Confédération paysanne le 7 janvier 2020.

À la sortie de son rendez-vous avec les conseillers des ministères de l’Agriculture et des Solidarités, le président du syndicat, Bernard Lannes, reste sur la défensive. « On a nous présentés des cas types que nous allons analyser. Mais prétendre que les agriculteurs sont les grands gagnants de cette réforme, c’est vraiment exagéré. Avec 1 000 euros de retraite par mois, on reste en dessous du seuil de pauvreté. »

Prétendre que les agriculteurs sont les grands gagnants de cette réforme, c’est vraiment exagéré.Bernard Lannes, président de la Coordination rurale

Le leader de la Coordination rurale a réclamé que le levier de la pénibilité soit applicable aux agriculteurs. Le syndicat demande une revalorisation des points permettant de prendre une retraite anticipée dès 50 ans sans décote, compte tenu de la pénibilité et du volume horaire travaillé durant leur carrière.

Faire cesser les discriminations envers les femmes

Enfin, Bernard Lannes a réitéré la demande d’une pension minimale immédiate pour tous les retraités agricoles, soit 85 % du Smic. « Notre demande porte en particulier sur les femmes : il faut les remonter à parité avec les hommes. Si le président de la République veut faire un geste, il doit le faire en priorité envers les femmes. »

Aurore Coeuru