« Il nous a assuré qu’il n’y aurait pas de baisse de la TATFNB (taxe additionnelle à la taxe sur le foncier non bâti) cette année pour les chambres, il a obtenu les arbitrages nécessaires pour ça», a déclaré Sébastien Windsor, le président des chambres d’agriculture, ce 30 septembre 2020.

> À lire aussi : Bercy prêt à préserver le budget des chambres en 2021 (16/09/2020)

Pas de baisse de la taxe

L’an dernier, devant la fronde des parlementaires et de la profession agricole, l’exécutif avait renoncé à diminuer de 15 % la taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties, qui rapporte aux chambres d’agriculture 292 millions d’euros par an, soit près de la moitié de leur budget.

Sébastien Windsor a toutefois indiqué qu’il pouvait y avoir des baisses sur d’autres sources de financement du budget des chambres, qu’il restait « vigilant » et continuait à travailler avec le ministère de l’Agriculture. Interrogé par l’AFP, l’entourage de Julien Denormandie a confirmé mercredi soir que le montant de la TATFNB serait « stable en 2021 ».

Lors de l’assemblée plénière des chambres d’agriculture, le ministre a, selon Sébastien Windsor, a qualifié les chambres d’« acteur du dernier kilomètre, présent jusqu’au bout pour accompagner les agriculteurs ».

« Aller vers une réforme »

« Il nous encourage à ne pas aller vers une réforme qui amènerait une suppression de notre présence locale, de notre implication locale, tant avec les agriculteurs que les collectivités », a ajouté Sébastien Windsor, selon qui les chambres devront toutefois continuer à aller « chercher les mutualisation et les économies ».

Le ministre a également indiqué, selon Sébastien Windsor, qu’il comptait sur les chambres pour accompagner l’agriculteur dans le cadre du plan de relance de l’économie, dont le volet agricole représente 1,2 milliard d’euros.

Parmi les aspects sur lesquels les chambres sont attendues, l’accompagnement dans le choix des investissements de modernisation, ou dans l’aide à la transmission des exploitations aux jeunes générations.

AFP