« Aujourd’hui, l’agriculture est un métier de passion, a déclaré Julien Denormandie interrogé au micro d’Europe 1, le 16 mai 2021 La passion fait que l’on a encore des jeunes qui s’engagent dans ce métier, mais la passion ne peut pas tout. »

L’enjeu de la rémunération

Pour le ministre de l’Agriculture, l’enjeu de la rémunération est au cœur du défi du renouvellement des générations agricoles. « On sait que nos agriculteurs ne gagnent pas assez bien leur vie, n’arrivent pas à valoriser suffisamment bien leurs produits », a-t-il précisé.

Alors que seuls deux départs sur trois sont compensés par des installations, le ministre regrette que l’agriculture ne recrute que trop peu.

L’innovation pour séduire le jeune public

« On a une jeunesse très attirée par les métiers innovants, a rappelé Julien Denormandie. [L’agriculture] est un secteur incroyablement innovant, beaucoup plus qu’on ne le dit », citant l’exemple du machinisme, de l’innovation dans le numérique et des données qui permettent « d’améliorer la compétitivité ou les conditions de travail ».

Le ministre de l’Agriculture a tenu à dire à la jeunesse française que les métiers agricoles sont « des métiers du vivant avec une mission incroyable ». « On se bat pour ce qui fait notre ADN : la qualité des produits, pour qu’elle soit rémunérée à la hauteur de ce qu’elle nous donne d’un point de vue environnemental ou nutritionnel », a insisté Julien Denormandie.

Alessandra Gambarini