Un comité État-Régions s’est tenu le 20 février 2018. Il avait pour objet la mise en œuvre et le financement du fonds européen agricole pour le développement rural (Feader) pour la période allant de 2014 à 2020.

Dans un communiqué de presse du 21 février 2018, les Régions déplorent le manque de réponse concrète concernant les modalités d’attribution de plusieurs aides européennes d’ici à 2020, parmi lesquelles les mesures agroenvironnementales (MAE), les aides aux investissements, l’indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN) et les éventuelles mesures de compensation pour les éleveurs sortant des zones défavorisées simples.

Régions de France « en appelle au président de la République, afin que la responsabilité, le rôle et les ressources allouées à chacun soient rapidement et clairement définis ». « Il devient urgent d’apporter des réponses dans les territoires », martèle l’association.

Inquiétudes pour le budget d’après 2020

Par ailleurs, la Commission européenne a présenté le 14 février 2018, trois scénarios pour le futur budget de l’Union européenne. Régions de France estime que « les propositions de la Commission pourraient remettre en cause les deux grandes politiques européennes historiques à fort impact territorial que sont la politique agricole commune et la politique de cohésion », et appelle la Commission et le gouvernement à « soutenir la poursuite d’une véritable politique de cohésion après 2020 ».

Les Régions rappellent que la politique de cohésion constitue « la principale politique européenne de soutien à l’investissement dans plusieurs domaines clés » : l’innovation et la recherche, le numérique, la transition énergétique, la formation professionnelle et l’emploi. Selon Régions de France, ces programmes représentent, en France, plus de 15 milliards d’euros de soutien à l’investissement pour la période de 2014 à 2020.

Marie Salset