Miel et fromages fermiers de nouveau au menu des sénateurs. Le Sénat a adopté le mercredi 4 mars 2020, en première lecture une proposition de loi, déjà adoptée par les députés, qui a pour objectif d’accroître la transparence de l’information du consommateur sur les produits agricoles et alimentaires.

> À lire aussi : Restauration hors foyer, l’étiquetage de l’origine pour toutes les viandes bientôt obligatoire (21/02/2020)

Adoption définitive prévue le 8 avril 2020

Le texte reprend des mesures votées en octobre 2018 dans la loi sur l’alimentation (Egalim) censurée par le Conseil constitutionnel comme « cavaliers » législatifs. Il fait la synthèse de plusieurs propositions de loi visant à les reprendre au moins en partie. « C’est un texte de consensus », a estimé le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume.

L’Assemblée nationale « bouclera le débat » en avril prochain, a-t-il poursuivi. La proposition de loi a été adoptée par le Sénat, avec une seule modification, sur l’étiquetage de la bière, par rapport à la version votée par les députés. Elle doit donc retourner à l’Assemblée nationale pour son adoption définitive le 8 avril 2020.

« 75 % » des viandes importées en restauration hors foyer

En restauration, le texte rend obligatoire l’affichage de l’origine des viandes porcines, ovines et des volailles, comme c’est déjà le cas pour la viande bovine. L’Union européenne « a donné un accord de principe » à cette obligation, a précisé Didier Guillaume. « 75 % » de la viande consommée dans la restauration hors foyer est importée, a souligné la rapporteure Anne-Catherine Loisier (centriste).

> À lire aussi : Origine des produits transformés, la DGCCRF veut améliorer l’information du consommateur (04/03/2020)

Fromages fermiers, informer le consommateur sur l’affinage

Pour les mélanges de miels en provenance de plusieurs pays, l’étiquette du pot devra indiquer la liste de tous les pays d’origine, par ordre décroissant d’importance. L’obligation s’appliquera à la gelée royale et aux produits à base de cacao.

Concernant les fromages fermiers, il sera de nouveau possible d’affiner en dehors de la ferme, à la condition de respecter les usages traditionnels et d’en informer le consommateur.

Ce texte « permet de conforter la qualité de l’agriculture française. C’est l’occasion de dire aux consommateurs d’où viennent leurs produits et ce que sont leurs produits », s’est félicité Pierre Louault (sénateur centriste).

Avec l’AFP