Suite aux désordres provoqués par la pandémie de Covid-19, les institutions européennes étaient tombées d’accord pour remettre à 2022 l’entrée en vigueur du nouveau règlement bio communautaire.

Ce report d’un an entraîne la prolongation, pour une année, des dérogations prévues dans ce règlement : c’est le cas pour l’achat de matériel de reproduction végétal non bio ou d’animaux non bio (poulettes par exemple), pour le taux dérogatoire d’incorporation d’aliments non bio dans les rations des monogastriques, etc.

De même, les pays tiers auront jusqu’à 2025, au lieu de 2024, pour se mettre en conformité avec le règlement européen s’ils veulent continuer à exporter vers notre marché.

L’ensemble de ces reports d’échéance sont détaillés dans le règlement européen 2020/1693 du 11 novembre, paru au JOUE du 13 novembre 2020.

Bérengère Lafeuille