À quelques jours de la fin des négociations commerciales, la FNSEA hausse le ton dans un nouveau communiqué de presse publié ce jeudi 25 février 2021. Les manifestations d’agriculteurs et d’éleveurs qui se succèdent depuis des semaines ne suffisent toujours pas à « faire entendre leur exaspération face au comportement des acteurs économiques, et tout particulièrement de la grande distribution. » Le constat est sans appel : « la prise de conscience ne semble pas au rendez-vous ! »

À lire aussi : Selon Julien Denormandie, « avec la guerre des prix, la chaîne agroalimentaire va droit dans le mur » (17/02/2021)

« Les indicateurs sont au rouge vif ! »

La FNSEA fustige « les exigences des négociateurs des baisses de prix dans un contexte d’inflation des coûts de production ». Des exigences jugées « insupportables pour toutes les productions concernées par ces négociations, en particulier animales, des producteurs de lait, de viande bovine, de porc, aux producteurs d’œufs qui étaient en action encore hier ! »

Et le syndicat de poursuivre : « Les indicateurs sont au rouge vif dans de nombreuses filières ! Les agriculteurs attendent des actes ! » Car si la FNSEA estime que les mesures annoncées par Emmanuel Macron lors de son déplacement le mardi 23 février 2021 en Côte-d’Or sont « absolument nécessaires », elle affirme que les agriculteurs ne peuvent plus attendre. « C’est leur rémunération immédiate qui est en jeu. »

Les syndicats FNSEA et Jeunes Agriculteurs « maintiendront la pression jusqu’à la toute fin des négociations commerciales ».

À lire aussi notre interview de Pascal Hébel du Credoc : « Le prix est un facteur limitant de la consommation des produits bio » (18/02/2021)

Oriane Dieulot