« Les dernières remontées des box de négociations ne sont pas à la hauteur des espoirs soulevés », s’inquiète l’Association nationale des industries alimentaires (Ania), dans un communiqué du 1er mars.

Selon l’Ania, à quelques heures de la fin des négociations commerciales, les derniers retours sont sans appel, « de très nombreuses entreprises n’ont pas encore signé certains accords commerciaux ». Les représentants de la grande distribution et de l’industrie agroalimentaire, réunis lors d’une table-ronde organisée le 28 février 2019 au Salon de l’Agriculture, ont annoncé que seuls 70 % des contrats étaient signés à cette date.

Toujours la pression sur les prix

Les PME subissent toujours « un chantage au prix bas avec des menaces de déréférencement », déplore l’Ania. « Le compte n’y est toujours pas pour la filière alimentaire même si l’on peut saluer la signature d’accords avec des acteurs de la filière laitière […]. Néanmoins, pour la grande majorité des 18 000 entreprises, la déception est grande », déclare Richard Girardot, président de l’Ania.

L’association attend avec impatience les résultats de l’observatoire des négociations commerciales qui seront communiqués en avril.

Marie Salset