« Le système des prix toujours plus bas, avec des marges qui se réduisent drastiquement, est d’une extrême violence et fragilise toute la filière, du producteur au distributeur », dénonce Albert Ritzenthaler, rapporteur de l’avis sur les « circuits de distribution des produits alimentaires », pour la section de l’agriculture du Cese.

Le consommateur a économisé 3 € par mois

Le grand coupable serait la LME (loi de modernisation de l’économie) de 2008 qui aurait donné trop de pouvoir aux négociateurs de la grande distribution et permis des « pratiques indignes d’un État de droit », dénonce le Cese. Depuis 2013, la baisse des prix est estimée à 2,5 %, d’après le Cese. Cette « guerre des prix » aurait ainsi fait économiser 3 € par mois par foyer, une baisse faible dont ne s’aperçoit même pas le consommateur.

Lutter contre l’omerta

À travers plusieurs préconisations, soumises au vote le 11 mai, le Cese entend rééquilibrer les négociations commerciales par un renforcement des contrôles pour stopper les pratiques illégales. Les fournisseurs « abusés » pourraient également alerter l’Administration tout en bénéficiant de l’anonymat et d’une protection juridique, renforcés la prochaine loi « Sapin 2 ».

Sophie Bergot