« Le syndicat attend toujours la publication de l’ordonnance sur les prix abusivement bas qui doit permettre à un agriculteur de se retourner contre un acheteur qui pratique des prix prédateurs, ainsi que l’ordonnance relative à la gouvernance des coopératives », a-t-il précisé. Ces ordonnances devraient être présentés le 24 avril par le gouvernement après avoir été reportées d’une semaine. Le conseil des ministres du 17 avril a finalement été consacré exclusivement à l’incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris lundi soir.

Les solutions se trouvent à Bruxelles

« La construction du prix devait être inversée en partant du coût de production des agriculteurs. Ce n’est pourtant pas ce que prévoit la loi ! juge le syndicat. Comment peut-on imaginer rendre le métier d’agriculteur attractif et installer des jeunes s’ils ne peuvent exercer une activité rémunératrice ? » Ne s’estimant pour autant « défaitiste », la Coordination rurale considère que le sujet est également européen. « Les solutions se trouvent à Bruxelles et passent par la régulation et la protection des productions et la mise en place de l’exception agriculturelle dans les accords internationaux », conclut le syndicat.

Alexis Marcotte