Faisant suite au dernier comité de suivi des négociations commerciales, qui a eu lieu le 29 janvier 2021, le ministre de l’Agriculture et la ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie font état de tensions liées à la prise en compte de la hausse des coûts de production, notamment dans les filières d’élevage.

Ils « constatent que l’appel à la responsabilité réitéré lors d’échanges bilatéraux mais également lors des comités de suivi des relations commerciales a ses limites ». Le Comité « a fait émerger d’importantes divergences entre l’analyse de la situation par les transformateurs d’une part et les distributeurs d’autre part », rapporte le ministère de l’Agriculture.

À lire aussi : Négociations commerciales, la pression monte (29/01/2021)

Signaler les prix trop bas

Les deux ministres annoncent le renforcement des contrôles de la DGCCRF (1) et la mutualisation de moyens entre le médiateur des relations commerciales agricoles et le médiateur des entreprises.

Pour signaler des prix « trop bas par rapport aux coûts de production », constatés en magasin ou des problèmes d’étiquetage, une adresse mail spécifique est lancée : signalement@agriculture.gouv.fr.

La FNSEA alerte sur les gains des enseignes

La FNSEA salue « les propos très fermes des deux ministres » et dénonce des demandes de baisse de tarifs « inacceptables » alors même que « des sommes considérables » ont été « captées par les enseignes depuis 2019 », faisant suite à la fermeture de la restauration hors domicile à cause de l’épidémie de Covid-19.

« Les panélistes (Iri, Nielsen) publient des hausses très importantes de chiffre d’affaires de la grande distribution (+6,3 %) pour l’année 2020, qui ont nécessairement engendré une évolution positive des masses de marges, d’autant que l’Insee, pour sa part, chiffre la hausse des prix alimentaires à 2 % », rapporte le syndicat.

Le ministère de l’Agriculture indique que la commission d’examen des pratiques commerciales (CEPC) s’est vu confier la mission d’étudier la possibilité de passer de négociations annuelles à des discussions pluriannuelles, comme l’a préconisé Serge Papin. Les travaux commenceront en mars prochain.

> À lire aussi : Serge Papin veut des accords pluriannuels lors des négociations commerciales (21/12/2020)

Marie Salset

(1) Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.