En 2017, il y a 110 300 cheffes d’exploitation ou d’entreprise agricole, soit 24,3 % des chefs, une proportion globalement stable depuis plus de dix ans, précise la MSA sur la base des chiffres de 2017. En ajoutant les 23 500 collaboratrices d’exploitation, elles sont près de 134 000 agricultrices, soit 27,8 % des non-salariés agricoles. Notons que parmi l’ensemble des conjointes d’exploitants, 14,3 % ont le statut de collaboratrice d’exploitation. Ce statut est peu attractif pour les plus jeunes qui lui préfèrent celui de co-exploitante.

Plus âgées que les hommes

L’âge moyen des cheffes d’exploitation est de 52,1 ans contre 48,4 ans pour les hommes. Parmi elles, 21 % ont plus de 60 ans (11 % chez les hommes), ce qui s’explique par les transferts entre époux lors du départ à la retraite de monsieur. À noter qu’une femme sur neuf est devenue cheffe par transfert entre époux, mais ce taux devrait diminuer avec les nouvelles générations.

Même sans statut, les épouses aident sur la ferme

En 2017, environ 140 300 femmes d’exploitants ne sont ni cheffes, ni collaboratrices d’exploitation. Salariées dans l’entreprise de leur conjoint ou dans une autre entreprise, elles assurent un complément de revenu au ménage, ce qui indirectement contribue au maintien de l’exploitation, ajoute la MSA.

Leur participation à la gestion des exploitations n’est pas directement mesurable, mais réelle. Lorsqu’elles sont interrogées dans le cadre du recensement agricole, elles déclarent majoritairement aider à la gestion de l’exploitation, bien que n’ayant pas le statut de collaboratrice.

S.B.