Sébastien Windsor, à la tête du réseau des chambres d’agriculture, a été auditionné le 26 juin 2020 par les députés d’une nouvelle mission parlementaire qui a commencé ses travaux deux jours plus tôt Le président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA) en a profité pour demander des garanties financières à l’État.

« Hors de question de le faire sans moyens »

« Nous sommes enclins à signer le nouveau contrat d’objectifs et de performance avec le gouvernement jusqu’à 2025, mais hors de question de le faire sans moyens. On réclame leur maintien ainsi que des soutiens de l’État pour moderniser nos actions », a-t-il déclaré à La France Agricole à sa sortie du Palais-Bourbon. Une position qu’il avait déjà eu l’occasion d’énoncer lors de sa prise de fonctions le 29 janvier dernier, à la suite de son élection à la tête de l’APCA.

« On réclame un maintien des ressources issues de la taxe additionnelle à la taxe foncière sur le foncier non bâti (TATFNB) et de la taxe Casdar, ainsi qu’un alignement avec nos concurrents dans nos missions qui sont ouvertes à la concurrence ». Cela concerne notamment le conseil au suivi des cultures et les prestations de formation aux agriculteurs.

Pour la partie budgétaire, Sébastien Windsor assure que le ministère de l’Agriculture soutient également la stabilité des financements à Bercy. Le débat du projet de loi de finances pour 2021 qui aura lieu à la fin de l’année permettra de vérifier si le ministère de l’Action et des comptes publics est sur la même longueur d’onde. L’année dernière, les chambres d’agriculture avaient échappé de justesse à une baisse de leur budget après le rétropédalage du gouvernement de réduire leurs recettes fiscales de 15 %.

Privilégier l’échelon départemental

« Concernant la régionalisation, on a plaidé le maintien de l’échelon départemental tout en ne la refusant pas sur certains points. On a démontré que la mutualisation permet de dégager des fonds au profit de la proximité, a souligné le président de l’APCA. Cela a notamment été le cas avec la mutualisation des services informatiques au sein du réseau. »

Parmi les autres sujets énoncés, Sébastien Windsor a également présenté aux députés le projet stratégique que les chambres d’agriculture ont commencé à mettre en place. Il a également insisté sur le rôle joué par ces organismes pour accompagner les agriculteurs pendant la crise liée au Covid-19.

Le rapport de la mission parlementaire des députés est attendu pour la fin de l’année. D’ici là, d’autres auditions et des déplacements sur le terrain sont prévus.

Alexis Marcotte