Après que la mission du Sénat sur l’enseignement agricole a auditionné les syndicats agricoles, la table-ronde du 10 mars 2021 se consacrait à l’orientation vers l’enseignement agricole et son attractivité. La veille, les syndicats agricoles étaient unanimes pour pointer du doigt le manque d’attractivité et une orientation insuffisante vers l’enseignement agricole.

Valoriser les métiers de l’agriculture

Bruno Ricard, coauteur du rapport du Conseil général de l’alimentation, de l’agriculture et des espaces ruraux (CGAAER) sur « l’orientation des élèves vers l’enseignement agricole et son attractivité », explique : « Le CGAAER privilégie une entrée par les métiers de l’agroécologie, de l’agroalimentaire, de la protection de la nature, des paysages, etc. » plus attractive pour les jeunes. Une vision partagée par Jean-Louis Nembrini, vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine, qui pointe une distorsion d’image et une méconnaissance des métiers agricoles au collège. « Cette distorsion doit être combattue : quels sont les métiers d’aujourd’hui et de demain ? Comment s’accordent-ils aux exigences de la société ? »

Combattre les clichés

Un questionnement qui fait écho à une problématique abordée par Jean-Marie Boyer, président de la mission d’information, et qui est celle de l’agribashing, « l’attractivité est l’un des premiers défis et non pas des moindres vu la distorsion d’images ». Éric Bardon, coauteur du rapport du CGAAER sur « l’orientation des élèves vers l’enseignement agricole et son attractivité », signale à cet effet que la campagne de communication autour des métiers de l’agriculture inscrite dans le plan de relance et prévue pour le printemps doit « enfin donner une vision réaliste des nouvelles orientations de l’agriculture et des métiers de demain » et ainsi « rétablir l’image » du monde agricole.

Alessandra Gambarini