Le projet de loi de finances pour 2019 vise à encourager les entreprises à investir dans les nouvelles technologies. Or, les agriculteurs français ont plus que jamais besoin d’investir pour le renouvellement de leur matériel pour atteindre les objectifs de réduction de l’utilisation de produits phyto fixés par le gouvernement.

C’est dans cette optique que le Sénat a adopté la mesure visant à étendre le suramortissement aux agroéquipements. Axema, le syndicat des constructeurs de machines agricoles, encourage les députés à suivre cet exemple et à adopter cette mesure en dernière lecture du projet de loi à l’Assemblée.

Pour les deux prochaines années

Si cette mesure venait à être appliquée, 140 % de la valeur de la machine serait déduite du bénéfice imposable de l’exploitation, et ce, du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2020.

Pour Frédéric Martin, président d’Axema, « la technologie est le nouvel allié de l’agriculteur. Elle leur permet de concilier compétitivité, productivité et écologie. Le gouvernement a la responsabilité d’apporter un coup de pouce fiscal aux agriculteurs pour soutenir et accélérer la transition écologique des fermes françaises ».

Corinne Le Gall